Comprendre la peau. Partie 1: L'épiderme

La grande majorité d’entre nous est constamment à la recherche de nouveaux produits à découvrir pour améliorer l’apparence de notre peau. Crème, exfoliant, nettoyant, masque, fond de teint, etc., il existe plus de classes de produits que de lettres de l’alphabet, et tous sans exception affirment avoir un impact de près ou de loin sur la peau. On s’est donc dit qu’il serait intéressant et surtout pertinent de comprendre de quoi est composée la peau et comment cet organe fonctionne ! En 2 parties… on vous présente : la peau.


Vous connaissez sûrement de nom, les trois parties principales de la peau :
  1. La couche la plus superficielle, l’épiderme.
  2. La partie interne qui est la plus épaisse, le derme.
  3. La couche encore plus profonde, l’hypoderme.
 
* Noter que l’hypoderme est constitué principalement de tissus graisseux, et ne fera pas l’objet d’un article spécifique sur ce journal.
Pour débuter, on vous présente l’épiderme !
D’un point de vue cosmétique, l’épiderme est super important, car c’est cette couche qui donne à la peau sa texture, son hydratation et qui contribue à sa couleur. Bien qu’il soit très mince (on parle d’environ 1mm selon les parties du corps :O ) il constitue la barrière de protection entre le monde extérieur et notre organisme.
C’est dans sa couche la plus profonde (la couche basale) que naissent les kératinocytes (cellules qui constituent la majorité de l’épiderme). Tout en progressant dans l’épiderme, elles matureront et développeront des caractéristiques spécifiques. Leur course se terminera dans la couche la plus superficielle de la peau : la couche cornée (stratum corneum). Cette dernière est composée principalement de cellules mortes et aplaties qui sont régulièrement éliminées par un processus qu’on appelle desquamation. C’est également cette couche qui abrite les pores des glandes sudoripares et les ouvertures des glandes sébacées.  
La couche cornée est fascinante. On aurait honnêtement pu écrire un article complet à son sujet.  Pour bien comprendre cette couche, imaginez un mur de brique. Les briques représentent les kératinocytes, et le mortier, les lipides et les protéines qui tient le tout ensemble.
Ce qu’il faut savoir c’est que dans cette couche, les cellules sont matures et ont complété la kératinisation, aussi appelée le cycle cellulaire. Un cycle normal dure entre 26 à 42 jours. S’il est perturbé en cours de processus, il peut en résulter diverses pathologies, dont la peau sèche. Le cycle cellulaire rallonge avec l’âge et les cellules des couches supérieures sont plus vieilles et leurs fonctions sont affectées. C’est malheureusement une des raisons pourquoi la peau peut avoir l’air plus sèche et flatte en vieillissant.  
La fonction principale de la couche cornée est d’agir comme bouclier de protection. Une de ses façons de protéger est de prévenir la perte d’eau transépidermiale (TEWL) et de réguler l’eau contenue dans la peau. Les deux composants principaux qui lui permettent de jouer ce rôle sont les lipides et le NMF (natural moisturizing factor). Ce dernier confère à la couche cornée ses propriétés humectantes (capacité à retenir l’eau). Il est formé de composants qui sont très solubles dans l’eau et qui lui permettent d’absorber de grande quantité d’eau même si le climat est très sec. Les lipides (cholestérol, acides gras, squalene, triglycerides, etc.) jouent également un rôle dans la prévention de la TEWL ainsi que dans la prévention de l’entrée des bactéries dangereuses. L’âge, la génétique, les saisons et la diète ont un impact sur la quantité de lipides contenue dans la peau. En manquer prédispose l’individu à avoir une peau sèche.
En résumé, l’épiderme est une des parties de la peau qui est super importante dans la défense face aux agressions extérieures et qui joue un rôle majeur dans l’hydratation de la peau. Une peau bien hydratée semble plus radiante, jeune et en santé, d’où l’intérêt de bien comprendre le fonctionnement de l’épiderme et surtout de comprendre le rôle de ses différents constituants.
 
 
Références
Baumann, L. Cosmetic Dermatology, 2nd edition, 2009. 
Downind DT, Stauss JS, Pochi PE. Variability in the chemical composition of human skin surface lipids. J Invest Dermatol. 1969 :53 :322.
Egelrud T. Desquamations. In : Loden M, Maibaich H., eds. Dry skin and moisturizers. 1st. Ed. Boca Raton, FL : CRC Press ; 2000-110.
Elias PM. Epidermal lipids, barrier function, and desquamations. J Invest Dermatol.1983 :80 :44s.
 
Fritsch P, Schuler G, Hintner H (eds): Immunodeficiency and Skin. European Society for Dermatological Research, Immunodeficiency and Skin, Clinically Oriented Symposium, Innsbruck 1988. Curr Probl Dermatol. Basel, Karger, 1989, vol 18, pp 10-21

Article précédent Article suivant

Laissez un commentaire